On nous appelle "les paysans"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

On nous appelle "les paysans"

Message  Santag le Jeu 20 Mai - 9:59

étoile envoi de Santag.

Mercredi 19 mai 2010

Nous sommes restés terrés à la campagne ou bien nous sommes partis loin du
béton des villes. Nous avons refusé d’être esclaves d’un boss..., mais
nous sommes restés serviles car intégrés à ce système que l’on ne peut
fuir.

Nous avons cherché un bout de terre, parce que nous n’étions pas (tous)
nés avec. Toutes les terres sont sous le régime de la Propriété Privée. Il
en est qu’elle délaisse et que le temps valorise pour la spéculation,
d’autres qu’elle loue, d’autres qu’elle vend.

Nous avons signé de moches baux qui nous engagent à payer régulièrement
cette terre que nous nourrissons et qui nous nourrit. Nous avons dépensé
notre sueur et économisé pour payer un lopin. Il nous a fallu garantir et
emprunter, et il nous faut désormais rembourser pour bonifier l’action
Crédit Agricole. Nous sommes devenus propriétaires de quelques ares
difficilement lâchés par ceux qui ne les comptent plus, nous sommes
intégrés à la Propriété en restant propriété de l’Argent et de ceux qu’il
engraisse.
Nous avons convoité une terre oubliée, cachée par les ronces, et nous
l’avons cultivée jusqu’à ce que des bipèdes en costards et en uniformes la
saccagent et nous poussent à aller recommencer ailleurs. On nous a promis
la tranquillité, du fric et des droits pour peu que, depuis ce bout de
terre loué, acheté, hérité ou squatté-légalisé, nous fassions ce que la
loi et l’économie veulent de nous, de notre travail. On ne nous encore
laissé que des non-choix.

On nous a dit qu’il fallait vendre les fruits de la terre et de notre
travail, produire parce qu’ainsi nous vivrions mieux et que cela rendrait
service au pays.

On nous a dit que pour cela, il fallait respecter encore un certain nombre
de règles, faire des calculs, payer des taxes, et toujours tout noter pour
que l’on nous contrôle.

Nous sommes des paysans, et souvent des comptables...
Nous sommes des paysans, et souvent des vendeurs...

Nous sommes en concurrence avec ceux qui ont des terres en abondance, avec
les « gros » exploitants agricoles qui font trimer ceux qui n’ont rien,
parfois pas même le droit d’être là parce qu’ils viennent d’ailleurs.

On nous a aussi loué ou vendu la mécanisation parce qu’il fallait faire du
chiffre. Nous avons raqué, seuls ou à plusieurs, pour avoir des machines à
traire, des machines à presser les grappes, des machines à écraser les
châtaignes, des machines à labourer la terre, des machines à récolter, des
machines à planter... Comme nos pairs à l’usine, nous aussi, nous sommes
devenus esclaves des machines. Parfois, bien sûr, nous avons refusé
l’engrenage, sans doute aussi parce que le relief ou la banque ne nous
laissaient pas forcément le choix.

Nous semons les graines qu’ils ont modifiées, sélectionnées pour leurs
profits. Nous leurs rachetons sans cesse alors qu’elles ne sont pas
adaptées à la terre où elles germent.

Nos vaches sont cirrhosées et se ressemblent toutes, parce qu’on veut
faire d’elles des machines à produire du lait. Nos animaux sont
obligatoirement fichés, médicamentés, tatoués, vaccinés et bientôt pucés,
et c’est peut-être justement pour cela qu’ils sont malades, que les vaches
deviennent folles, que les moutons sont brûlés par centaines, que les
poules sont enfermées pour prévenir d’une éventuelle épidémie.

Que l’on (se) vende pour l’industrie agro-alimentaire ou sur le marché du
coin, on nous impose des normes à respecter parce que ce qui est vivant
est trop incontrôlable. Il faut pasteuriser et javelliser les fromages,
traiter voire irradier les fruits... Même le taux de sucre de la confiture
doit être mesuré précisément. Nos bêtes, il faut qu’on les amène dans les
abattoirs pour que l’on contrôle leur traçabilité et que des machines les
massacrent en nombre. Il faut aussi les faire inséminer
artificiellement...

On nous vend la poudre blanche, la poudre bleue, la poudre jaune..., pour
accroître le rendement des terres, empoisonner les plantes et animaux
nuisibles. Il est avéré que c’est aussi du poison pour nous, pour la terre
et pour tout ce qu’il reste de vivant.

On nous vante le mérite du Bio : un nouveau marché pour lequel il faut
revenir à ces méthodes qu’on nous avait présentées comme dépassées, mais
qui permettent de vendre plus cher pour que les plus riches, eux, ne
s’empoisonnent pas. Il faut intégrer soit des « labels » pour lesquels il
faut payer pour pouvoir se faire contrôler, soit des « mentions » pour
autogérer notre propre contrôle et notre propre marketing. Des solutions
éco-industrielles pour que le Bio lui aussi soit productif et rentable
arrivent, et nous restons encore une fois sur le carreau.

On nous transforme par ailleurs en paysagistes de leurs parcs à touristes,
de leurs vitrines du développement durable, ouvriers du
paysage-marchandise.
Nous devons repasser les draps des cadres en vacances, servir le repas
terroir et, bien sûr, jouer pour eux le rôle de cette nostalgique et
rustique paysannerie des temps perdus, ou bien celui d’illuminés qui
vivent sobrement, décroissemment, coolement, comme si nous étions en
dehors du monde, perchés sur les montagnes et penchés béatement sous le
cul des chèvres... Comme si notre travail était toujours un plaisir, comme
si la misère de notre vie et celle du reste du monde nous laissaient
indifférents...

Nous aussi, les banquiers nous sucent le sang. Nous aussi, nous tirons la
gueule quand les factures arrivent. Parfois, nous ne pouvons pas nous
permettre de manger ce que nous produisons parce que les « éco-produits
labellisés luxe terroir » ne sont pas pour les petites gens. Parfois, le
marché nous oblige à brader nos productions sans se soucier de nous voir
crever.
Nous aussi nous nous contentons de survivre, faute de mieux.

Nos faits et gestes sont surveillés.
Nous sommes les larbins des riches.
Nous sommes esclaves de cette société, de son argent et de ses lois.
Nous sommes des paysans de la classe d’en bas.

Allons-nous rester éternel-lement soumis ?
Nous ne voulons plus, nous ne voulons pas, être ces paysans-là parce que
nous ne voulons pas de ce monde-là !

Ne soyons pas leurs paysans pas plus que leurs ouvriers, leurs routiers,
leurs maçons, leurs employés, leurs prostitués..., ni les allocataires ou
les mendiants de leurs quelques miettes...
Finissons-en avec ces cases et ces séparations entre ceux qui subissent
les conditions d’exploitation.

Cultivons la révolte partout sur cette terre.

Faisons partie de ceux qui se battent contre ce que l’on nous présente
comme indépassable. Le cul par terre, la tête dans les étoiles.

Mars 2010.
Extrait du Bulletin de contre-info en Cévennes N°10.

Santag
Brigand
Brigand

Age : 67
Messages : 57

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum